Bio

Jazz Oil est le fruit de la rencontre entre ce compositeur et bassiste Slim Abida et ce joueur de Qanun, Nidhal Jaoua, qui apporte une touche orientale à leurs compositions. Ils sont accompagnés de musiciens talentueux comme Marc Dupont à la batterie, Anthony Honnet au clavier et Amir Mahla au saxophone.

Le groupe a été fondé à Tunis en 2008 autour d’un duo inattendu d’instruments : la basse et le qanun.

Nidhal Jaoua propose une nouvelle technique de jeu sur cet instrument traditionnel de 78 cordes créé au IXe siècle au Moyen Orient. Quant à Slim Abida, il sort du cadre habituel réservé aux bassistes en utilisant son instrument comme un soliste.

Ce sont ces choix artistiques qui donnent à JAZZ OIL une identité et une couleur musicale particulière.

Jazz Oil a participé à différents festivals comme ceux des Journées musicales de Carthage en Tunisie ou World Music de Gibraltar en Espagne. Il s’est produit également sur les scènes parisiennes (Sunset Side, Baiser salé, Concert d’ouverture du Jamel Comedy Club, Royal Est Music, Espace Reuilly Diderot pour la fête de la révolution tunisienne…).

Lamma

Acheter l'album complet: 8€ (WAV / FLAC / MP3 320)

8 pistes, durée totale: 35:14

Lamma, qui signifie “rencontre” en arabe, est un album instrumental très coloré. Nidhal Jaoua et Slim Abida offrent un savant mélange des saveurs de l’Orient et de l’Occident. Un « pont » entre le Jazz et les musiques traditionnelles arabes.

Les deux compositeurs ont souhaité présenter une identité musicale tunisienne neuve qui s’affranchit des frontières : renouveler l’image de la scène musicale tunisienne actuelle.

Forts de leurs parcours personnels et de l’éclectisme de leurs rencontres artistiques respectives, Slim Abida et Nidhal Jaoua signent un album qui mêle la chaleur de la musique orientale et la brillance du jazz.

Certains titres comme « Lila Funk » et « Jounoun » ont une touche en plus de Funk, « Souvenir » mêle la musique latine, le jazz et la musique tunisienne.

Cet album est un message de paix et de réconciliation humaine.

 

1.Hkeya - Extrait

Acheter 0,99€ (WAV / FLAC / MP3 320)


2.Jounoun - Extrait

Acheter 0,99€ (WAV / FLAC / MP3 320)

3.Lamma - Extrait

Acheter 0,99€ (WAV / FLAC / MP3 320)

4.Tounes - Extrait

Acheter 0,99€ (WAV / FLAC / MP3 320)

5.Miroir - Extrait

Acheter 0,99€ (WAV / FLAC / MP3 320)

6.Souvenir - Extrait

Acheter 0,99€ (WAV / FLAC / MP3 320)

7.Absurd - Extrait

Acheter 0,99€ (WAV / FLAC / MP3 320)

8.Lila-Funk - Extrait

Acheter 0,99€ (WAV / FLAC / MP3 320)

Les Musiciens

Slim Abida, vrai caméléon musical, joue du métal, du reggae, du gnawi, du Jazz et bien d’autres styles. Il appartient au cercle fermé des artistes confirmés en Tunisie.

En 2002, il fut l’un des fondateurs du premier groupe Metal “Melmoth” devenu l’un des groupes les plus connus de la scène Rock et Metal en Tunisie et également le premier à jouer hors des frontières (Algérie ¨Festival international Lelahel Metal¨ en 2002 et Maroc ¨Festival International boulvard des jeunes Casablanca¨ en 2006)

En 2005, Slim Abida participe au lancement d’un nouveau projet “Goultrah Sound System” une fusion de Gnawi, dub et reggae. Il rencontre un vrai succès auprès du public tunisien et multiplie les apparitions sur scène un peu partout en Tunisie. Ils enregistrent un EP 4 titres qui connait un  énorme succès et un album.

Il enregistre également un album avec la chanteuse Badiaa Bouhrizi alias « Neyssatou » et un autre intitulé « Fikra » (idée en arabe) avec Haydar Hamdi et son groupe Barbaroots, sorti le 25 mai 2015 en France.

Musicien précoce, Nidhal Jaoua s’inscrit au conservatoire national de Tunis à l’âge de 11 ans, obtient le diplôme de musique arabe en 2005, de l’instrument en 2006, une maitrise en musique et musicologie en 2010 et un Master de Musicologie à Paris Sorbonne en 2012.

Il a été fortement influencé par la musique turque et les nouvelles techniques de jeu du Qanun en Turquie, à la lumière du maître Muslum KARADUMAN et deux des plus célèbres joueurs du Qanun au monde, Halil KARADUMAN et Gokçel BAKTAGIR.

Nidhal découvre et pratique le jazz à l'Institut supérieur de musique de Tunis. Il y débute une carrière instrumentale fondée sur le métissage.

Il accompagne plusieurs groupes orientaux et chanteurs arabes célèbres, parmi lesquels Ghalia BenAli, Heni Chaker, Wael Jassar ou Rami Ayech. Il fait de  nombreuses master class de jazz données entre-autres par les grands jazzmen belges Pierre VAIANA, Pirly ZURSTRASSEN, Alain PIERRE, Jean Louis RASSINFOSSE, Antoine CIRRI. Il a participé aussi à Couleurs jazz avec Fawzi CHEKILI.

Il commence l’orgue hammond et le piano à l’âge de cinq ans avec son père Jean Marie Honnet. A 8 ans, il étudie l’orgue et le piano classique au conservatoire pendant 9 ans. A 14 ans, il rentre dans la classe de jazz de Ludovic Depreissac. Il collabore avec des grands artistes internationaux comme Mokhtar Samba, Paco Sery, Stephan Filey, Sebastien Delaleu ...

A l'âge de 10 ans, il commence la batterie par le Hard Rock et s'inscrit quelques années plus tard à l'école Dante Agostini de St Brieuc où il découvre le jazz. Les différentes rencontres lui feront goûter à l'univers du jazz-rock, du blues, de la bossa. C'est en 2004, avec le groupe "Sidetrack" qu'il se professionnalise. Il intègre par la suite deux écoles de musique. Il participe actuellement à plusieurs projets : Jazz Oil, Bab El West (Arabian groove), Alusao (brazilian funk).

Né à Paris, d’origine franco-marocaine, il commence à étudier le saxophone à l’âge de sept ans. En 2012, il obtient son diplôme de fin d’étude au conservatoire national de Paris en musique classique. Il suit ensuite un cursus jazz et obtient son diplôme de fin d’étude. Il joue principalement sur la scène parisienne (Partonaria musical entre autres, avec Philippe Baden Powell, Pablo U-Wa, Laurent Medelgi).

Les Guests

Dès l'âge de trois ans, Amine Bouhafa commence à jouer du piano. Il rejoint le conservatoire de Tunis vers l'âge de sept ans et obtient son diplôme à l'âge de douze ans avec la mention très bien. Il continue ses études d'orchestration et d'harmonie classique au CRR de Paris. Il hérite ainsi d'une double culture. Il commence à composer pour le cinéma dès l'âge de quinze ans. Il compose pour des courts métrages, des séries télévisées et des longs métrages. En 2014, il travaille avec le réalisateur mauritanien Abderrahmane Sissako pour son film « Timbuktu ». Le film est présenté au Festival de Cannes 2014 et Amine Bouhafa reçoit le César 2015 de la meilleure musique originale et le prix du Fespaco. A l'âge de 28 ans, il devient ainsi l'un des plus jeunes compositeurs à remporter cette récompense.

Il commença la pratique de la musique à l’âge de 10 ans au conservatoire avec les plus grands maîtres de la musique arabe en Tunisie. Il s’inscrit à l’ISM (Institut Supérieur de Musique) de Sfax afin de poursuivre ses études universitaires et approfondir ses connaissances en musique et musicologie.

En juin 2004, il eut son diplôme de maîtrise avec la mention « très bien ».

Très actif sur la scène française, il a joué dans les plus prestigieuses salles de concert et dans des festivals français et internationaux, avec des chanteurs et groupes venant de divers univers musicaux.

Il a enseigné la musique dans différents conservatoires, dont actuellement « le conservatoire des musiques méditerranéennes » (EMM) de Paris.

D'autre part, il se produit régulièrement, depuis plusieurs années, au Centre culturel Egyptien à PARIS, en tant que soliste ou dans le cadre de formations musicales.

Media

Concerts à venir

  • 05/04/17 Paris à La dame du canton
  • 05/13/17 La Varenne-Saint-Hilaire à Studio 5
  • 05/27/17 Hyers à Festival de l’anche